Skip to main content

Avec la reprise économique vigoureuse que nous vivons et la baisse concomitante du chômage, les tensions sur le marché de l’emploi apparaissent déjà très fortes pour les profils d’experts, cadres et dirigeants. En cette rentrée, où nombre d’entreprises ouvrent des postes au recrutement, elles trouvent en effet difficilement les talents confirmés dont elles ont besoin dans les domaines du numérique, de la vente, de la logistique, de la finance ou encore des ressources humaines. Selon la Banque de France, ce sont d’ailleurs 44% des entreprises qui rencontrent actuellement des difficultés de recrutement très sérieuses.

Alors quoi, n’y a t’il aucune solution ? Vous faut-il renoncer à vos projets de développement faute de ressources humaines expertes ? Bien au contraire…

Le recours à un cabinet de chasse de tête opérant spécifiquement par approche directe est en effet§ une solution sur-mesure et efficace accessible à la plupart des entreprises mais que beaucoup n’ont encore pas, ou très peu exploitée…. Les idées reçues sur le rapport coût / bénéfice de ce type de prestations ou encore le doute sur le fait qu’un recruteur externe parviendra à un résultat différent d’un recruteur « in-house » en sont les principales raisons.

Alors, quels sont les avantages réels à externaliser la chasse des talents clés ?

Un sourcing sur-mesure

Parce que la recherche, l’identification et l’approche de talents sur-sollicités prend de plus en plus de temps et nécessite de contacter parfois des centaines de personnes, seule une équipe de consultants dédiés pourra y allouer les efforts nécessaires, la résilience étant de surcroit dans leur ADN ! Dotés de nombreux outils, d’un vivier à jour, d’un réseau établi et d’un savoir-faire éprouvé, les cabinets spécialisés dans l’approche directe disposent en outre de beaucoup plus de moyens que la plupart des services RH pour capter les bons profils. Ils pourront aussi aller sur des terrains de chasse généralement interdits à l’entreprise qui recrute… à savoir directement chez ses concurrents.

Un positionnement unique

Le positionnement d’un consultant, par définition perçu comme un tiers extérieur à l’employeur, peut également se révéler un réel avantage au moment d’approcher et de convaincre certains candidats qui n’ont peut-être jamais considéré l’entreprise comme un employeur potentiel. Par ailleurs, challenger ou surprendre son client, en lui proposant des profils différents qui peuvent apporter une diversité bienvenue au sein de l’équipe, est aussi un des nombreux atouts d’un cabinet professionnel.

L’expertise de l’évaluation et de la négociation

Vient ensuite le moment de « trier » les talents. Tests, évaluations collectives et individuelles, mise en situation… cette étape, essentielle pour valider ou non certaines candidatures est, elle-aussi, particulièrement chronophage. Interpréter les résultats requiert en outre des compétences et des qualifications particulières, et pouvoir s’appuyer sur l’expertise de consultants spécialisés constitue sans nul doute une vraie valeur ajoutée.

En tant que professionnel du recrutement, un cabinet dispose enfin d’une connaissance très fine et « à jour » du marché, de ses évolutions, des pratiques et des attentes des candidats. Son rôle de conseil peut alors être déterminant, tant du côté de l’employeur que du talent « chassé ». Et en tant qu’intervenant extérieur, le consultant peut aussi jouer un rôle de facilitateur ou de médiateur, notamment dans le contexte souvent critique de la négociation finale.

Le garant d’une bonne intégration

Enfin, parce qu’un recrutement réussi est un recrutement pérenne, un cabinet, grâce à ses contacts réguliers avec l’entreprise mais aussi le candidat devenu collaborateur, est en mesure d’identifier les éventuels « warnings » et prévenir les risques d’échec. Il peut même, lorsqu’il en a l’expertise aller jusqu’à coacher le collaborateur et/ou son manager, son équipe… afin de fluidifier la relation de travail et d’assurer une mise en action optimale de la nouvelle recrue au sein de son équipe.

Un coût aisément amorti ?

Certes, le travail et les efforts de consultants confirmés, cela se rémunère (il convient d’ailleurs selon nous de se méfier des prestations qui prétendent écraser les coûts en automatisant massivement un savoir-faire “artisanal” qui reste avant tout humain et relationnel). Cependant, la comparaison entre des honoraires et les coûts (ou les revenus non encaissés) induits par un recrutement infructueux ou raté sur un poste stratégique s’avère la plupart du temps sans ambiguïté. Ceci est d’ailleurs d’autant plus vrai que tous les cabinets sérieux offrent une « garantie de reprise de la mission »sans surcoût si le candidat sélectionné devait finalement ne pas faire l’affaire.

Alors, on part en chasse ?