Skip to main content

Partons du constat. Dans le cadre des coachings et accompagnements que nous menons, il est remarquable (au sens premier du terme) qu’une grande partie des experts, managers et dirigeants continuent d’opter pour une gestion relativement “passive” de leur carrière…et ce, jusqu’au moment où, face à une opportunité ou une difficulté,  il leur faut réfléchir et prendre des décisions. Très souvent dans l’urgence. Parfois dans un contexte de crise subie.

Mais pourquoi, parmi ces populations pourtant largement habituées à penser en termes d’objectifs, de stratégies ou de plans d’actions, ces concepts sont-ils soudainement absents lorsqu’il s’agit de leur propre carrière ? Les raisons sont multiples (et largement individuelles), mais listons-en tout de même quelques-unes qui reviennent régulièrement :

  • “C’est le boulot de la direction des ressources humaines de gérer ma carrière”. Pas vraiment. Si les RH gèrent en effet le capital humain, les talents et leur parcours aux sein de l’entreprise, il faut se souvenir que leur finalité est de fournir à l’entreprise les talents et les compétences dont elle a besoin pour atteindre ses objectifs stratégiques…et c’est bien normal ainsi. Mais celà signifie donc que (même dans les organisations les plus centrées sur l’humain), votre carrière reste pour votre RH un moyen ou une conséquence mais certainement pas un objectif en soi. Votre carrière reste avant tout VOTRE problème.
  • “Je ne suis pas carriériste”. Certaines représentations sociales ont la vie dure ! Pourtant, réfléchir à un objectif et une stratégie de carrière n’est surtout pas l’apanage des ambitieux aux dents longues…et celà ne se traduit d’ailleurs pas nécessairement par plus de responsabilités ou une trajectoire ascendante. Quel que soit votre schéma de carrière, il est nécessaire d’identifier l’objectif qui vous convient le mieux et la bonne façon de le matérialiser.
  • “Je ne sais pas comment m’y prendre”. C’est assez logique. Outre que la gestion de carrière requiert une certaine expertise technique (nous y viendrons), travailler sur vous et votre situation professionnelle exige aussi une capacité à se décentrer qui est rare et/ou difficile à mobiliser. L’aide d’un tiers est donc particulièrement pertinente.

Venons-en aux principaux bénéfices qui existent à opter pour une approche proactive de sa carrière :

  • Avoir une vision claire de vos objectifs de carrière, de la manière de les atteindre et du/des chemin(s) à emprunter pour y parvenir permet de disposer d’un cap, d’une boussole intérieure qui vous rappellera régulièrement à votre projet. C’est important lorsque les choses se passent bien mais cela devient vital lorsque la situation se tend (ex : à l’occasion les accidents de carrière) et que naviguer à vue n’est plus une option, sous peine de se mettre en difficulté psychologique.
  • Vous saurez placer votre carrière au bon niveau d’importance et de priorité par rapport à votre projet de vie au sens large. Vous savez ce que vous en attendez (et par contraste, ce que vous n’en attendez pas) et êtes prêt à y consacrer dans le cadre de votre équilibre personnel global.
  • Vous donnez de la visibilité à votre entreprise, et réciproquement. En étant clairs sur leurs agendas respectifs, l’entreprise et son collaborateur savent en effet sur quelle base le contrat de collaboration se joue, ce que chacun cherche à atteindre et où sont les points de convergence à exploiter …comme les éventuels points de divergence que chaque partie a tout intérêt à anticiper et traiter.

Alors comment s’y prendre ? Comme évoqué plus haut, il est particulièrement intéressant de se faire accompagner par un coach spécialisé afin de bénéficier de son regard extérieur d’expert et de mobiliser des techniques qui ont fait leur preuve.

Dans tous les cas, nous vous recommandons de commencer par le commencement et d’identifier et de formaliser votre “raison d’être” professionnelle, votre “pourquoi” (S. Sinek) personnel et unique. Vous saurez ce qui vous comble fondamentalement et pourrez partir de cela pour décliner vos objectifs de carrière de manière parfaitement naturelle et cohérente, tout en vous assurant qu’ils restent SMARTS (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, Temporels et Stimulants).

Sur cette base, il sera décisif de faire le diagnostic de vos atouts et de vos points de faiblesse par rapport à ce projet afin de définir le plan d’action qui vous permettra de renforcer les uns et de minimiser les autres.

Et comme les choses ne se passent jamais tout à fait comme prévu, il s’agit d’explorer et de baliser le champ des possibles en vous appuyant sur différents scénarios (et si….et si… et si…). Celà vous permettra, une fois replongé dans un quotidien professionnel parfois labyrinthique de garder l’oeil sur votre boussole professionnelle …et votre boite à outils.

Au total, même si votre carrière ne dépend pas (loin s’en faut) que de vous, ne pas se donner les moyens de la piloter est à coup sur le meilleur moyen de la subir…à tous points de vue.

À cet égard, l’adage de Marc Aurèle parait aussi valide en ce domaine qu’en beaucoup d’autres : «Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. »

Vous souhaitez réfléchir à votre carrière ?